Oscars 2013 : de la propagande politique contre l’Iran

Affleck et Clooney, producteurs d'Argo - Photo AFP

Affleck et Clooney, producteurs d’Argo – Photo AFP

L’Iran est le grand perdant de la cérémonie des Oscars 2013. En décernant au film Argo, du réalisateur Ben Affleck, la statuette du meilleur film de l’année, l’establishment hollywoodien a posé un geste de pure propagande politique. De plus, c’est la première dame des Etats-Unis, Michelle Obama, qui a annoncé la victoire des producteurs George Clooney et Ben Affleck pour leur film anti-Iran. Il est difficile de faire mieux en terme de propagande politique.

L’opération de propagande n’est pas très subtile et ce, pour plusieurs raisons. Premièrement, ce film ne méritait probablement aucune de ces nominations aux Oscars. Argo est un film assez bien fait, un thriller bien ficelé, mais pas un prétendant au meilleur film de l’année. Bien que l’auteur de ces lignes est parfaitement en mesure de faire une critique de qualité de ce film, voyez plutôt ce qu’en ont dit les critiques officiels des médias de masse, afin que le lecteur soit davantage convaincu.

Philippe Rezzonico, critique cinéma de Radio-Canada présentait les arguments suivants (très justes d’ailleurs) pour justifier le fait que ce film ne devait pas gagner le grand prix : "Des largesses scénaristiques, une réalisation convenue, aucun premier rôle masculin ou féminin en nomination pour l’Oscar et l’absence d’Affleck dans la prestigieuse catégorie du meilleur réalisateur". Normalement, ces seuls éléments n’aurait pas permis à Argo de devenir le meilleur film de l’année.

Marc-André Lussier de La Presse est encore plus cinglant dans son analyse du film. Au sujet des personnages iraniens dans le film, il écrit : "Tous les personnages iraniens montrés dans Argo sont grossièrement dessinés. On en tire un portrait collectif répugnant." Oui, monsieur Lussier, c’est ce qu’on appelle de la propagande anti-Iran et d’ailleurs, c’est ce que vous confirmez dans les derniers paragraphes de votre critique :

"Critiquer un régime est une chose ; insulter l’ensemble d’un peuple de plus de 75 millions d’habitants en est une autre. Il y a une vingtaine d’années, Jamais sans ma fille, aussi inspiré d’une «histoire vécue», avait suscité le même genre d’indignation. Depuis cette époque, l’Iran a officiellement intégré «l’axe du mal» dans l’imaginaire collectif occidental, gracieuseté de George W. Bush et du suave Mahmoud Ahmadinejad. Caution morale en main, Hollywood n’a désormais plus aucun scrupule.

Ce constat est d’autant plus regrettable que Ben Affleck a visiblement pris soin de construire l’histoire d’Argo de façon crédible au départ. Tout ce capital est toutefois gaspillé par la mise en place d’un dernier acte complètement ridicule. Les fameux «faits réels» ayant pris le bord depuis longtemps à cette étape, les personnages – iraniens en particulier – semblent alors tout droit sortir d’une bande dessinée. Plus rien ne tient.

On peut être insulté en tant qu’Iranien. On peut aussi être insulté en tant que cinéphile."

Il n’y a pas que les critiques qui ont trouvé le film injuste pour les Iraniens (et pour les Canadiens de surcroît), il y a aussi l’ex-ambassadeur du Canada en Iran, Ken Taylor, véritable acteur de la véritable prise d’otage illustrée dans le film. Le 7 février dernier, il a affirmé devant des étudiants de l’Université Ryerson à Toronto que le scénariste Chris Terrio "n’a aucune idée de ce dont il parle". Taylor a accusé le scénariste d’avoir inclus dans le film "une pléthore de libertés artistiques, incluant le fait de dépeindre le peuple iranien en « noir et blanc », des scènes montées de toutes pièces, ainsi que la suggestion selon laquelle il a été à peine plus qu’un simple observateur des actes héroïques de la CIA." Selon Taylor, son personnage dans le film n’a qu’un seul talent, soit "celui d’ouvrir et de fermer une porte". Pourtant, l’ancien président Jimmy Carter a affirmé à la télévision récemment que "90 % des contributions aux idées et à la réalisation du plan étaient canadiennes". Ce n’est évidemment pas ce que l’on voit dans le film.

George Clooney devant le CFR

George Clooney devant le CFR

La deuxième raison qui nous pousse à croire (ou à tout simplement constater) que la victoire d’Argo aux Oscars n’est que pure propagande politique contre l’Iran, c’est la filiation politique qu’ont les producteurs George Clooney et Ben Affleck avec le plus puissant think tank mondialiste des Etats-Unis, le Council on Foreign Relations (CFR). On sait que Clooney est officiellement membre de cette organisation qui compte comme membres les hommes et les femmes les plus puissants des Etats-Unis comme la famille Clinton (la fille Chelsea incluse), la famille Bush, les Rockefellers et même le Canadien Paul Desmarais Jr. qui est sur la liste des Global Board Advisers du CFR.

Ben Affleck à une conférence organisée par le CFR

Ben Affleck à une conférence organisée par le CFR

Ben Affleck n’est pas sur la liste officielle des membres, mais il participe en tant que paneliste lors de conférence organisée par le CFR. De plus, Affleck est un proche de John Kerry (un Skull and Bones), le nouveau secrétaire d’état des Etats-Unis et membre du CFR. Affleck est également pressenti comme un éventuel membre du Congrès américain en tant que sénateur. Malgré qu’il ne se présente pas pour l’instant, la porte est bien ouverte pour lui. Lors d’une conférence organisée par le CFR à laquelle Affleck participait en compagnie de l’ancien président de la Banque mondiale, James D. Wolfensohn, un des membres du panel lui a dit : "je crois qu’il y a un siège du Congrès en Californie qui a votre nom inscrit dessus". Tout le monde a applaudi et tout le monde a rit.

Faut-il donc s’étonner que Clooney et Affleck aient produit et réalisé un film qui se moque du peuple iranien, qui rend gloire à la CIA et qui traite le Canada comme une simple couverture médiatique? Non, il ne faut pas s’en étonner, surtout au moment ou le CFR ne fait que publier document après document pour expliquer comment et pourquoi il faut tout faire pour renverser le régime iranien.

Vous vous dites peut-être : ce n’est qu’un film voyons! Non, c’est de la pure propagande politique contre l’Iran.

Les médias iranien l’ont bien compris, car la télévision publique iranienne a qualifié la cérémonie des Oscars 2013 "la plus politique de tous les temps". L’intervention de Michelle Obama pour présenter l’Oscar à Argo "renforce les doutes que la récompense du film avait des motifs politiques", selon la télévision iranienne. L’agence de presse Fars a qualifié Argo de "film anti-Iran" qui est financé par une "entreprise sioniste" en faisant référence à la compagnie Warner Bros.

Caricature de Michelle Obama qui présente l'Oscar du meilleur film à Argo

Caricature de Michelle Obama qui présente l’Oscar du meilleur film à Argo

Ben Affleck et John Kerry

Le PQ agit en gouvernement mondialiste et non pas souverainiste – Libre-échange Canada / Europe

Les mondialistes Jean-François Lisée et Pierre-Marc Johnson

Voici les liens vers les articles et références dans cette vidéo :

Accord UE-Canada : le gouvernement Marois fait confiance à Pierre Marc Johnson
http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Economie/2012/10/05/008-accords-europe-johnson.shtml

Accord de libre-échange avec l’UE : le Parti Québécois demande des garanties pour le Québec
http://pq.org/actualite/videos/accord_de_libre_echange_avec_lue_le_parti_quebecois_demande_des_garanties_pour_le_q

Point de presse de M. Amir Khadir, député de Mercier, Mme Louise Beaudoin, députée de Rosemont, Mme Lisette Lapointe, députée de Crémazie, et de M. Pierre Curzi, député de Borduas – Comparution de Pierre Marc Johnson en commission parlementaire
http://www.assnat.qc.ca/fr/actualites-salle-presse/conferences-points-presse/ConferencePointPresse-8275.html

Lettre de Jean-François Lisée, directeur exécutif du CÉRIUM
http://www.cerium.ca/Lettre-de-Jean-Francois-Lisee

Raymond Chrétien – Conseil international du Canada
http://www.opencanada.org/about/board-of-directors/

Raymond Chrétien – Commission Trilatérale
http://www.trilateral.org/download/file/TC_list_10-12.pdf

Council on Foreign Relations – Construire une communauté américaine
http://i.cfr.org/content/publications/attachments/NorthAmerica_TF_final_fr.pdf

Conseil canadien des chefs d’entreprises – Les dirigeants d’entreprise considèrent qu’une entente Canada-Europe est plus importante que jamais dans ces temps difficiles
http://www.ceocouncil.ca/fr/news-item/les-dirigeants-dentreprise-considrent-quune-entente-canada-europe-est-plus-importante-que-jamais-dans-ces-temps-difficiles-279

Allocution de Jean Charest devant les représentants de la Chambre de commerce Canada-Royaume-Uni
http://www.mri.gouv.qc.ca/document/spdi/fonddoc/FDOC_alloc_1919_Allocution_20080122.pdf

 

Soutenir Le Decodeur

Gilles Duceppe veut une Union nord-américaine

Gilles Duceppe salue le DÉCODEUR

Gilles Duceppe salue le DÉCODEUR

Gilles Duceppe me l’a donc confirmé : il est pour la création d’une Union nord-américaine similaire à l’Union européenne dans laquelle s’inscrirait un Québec souverain.

Évidemment, il y a plusieurs contradictions : comment pourrons-nous être souverains ou indépendants lorsque nous serons soumis aux impératifs d’une union nord-américaine et à une dilution inévitable de notre souveraineté? Aussi comment cela peut-il servir les intérêts du Québec alors que la dite Union nord-américaine est une idée qui sort tout droit d’un consortium de multinationales et de think tanks mondialistes? Ceci peut-être constaté à la lecture du document "Construire une communauté nord-américaine" publié par le Council on Foreign Relations. Il s’agit d’une idée commanditée par des entreprises comme General Electric, Campbell Soup et Power Corporation.

En somme, Gilles Duceppe s’est vendu aux éminences mondialistes qui cherchent à créer une Union nord-américaine et de faire du Québec une simple région administrative d’un éventuel gouvernement mondial.

DÉCODEUR : Histoire du Canada dans le Nouvel ordre mondial 1867 – 1945

Eric Granger vous montre dans cette émission comment le Canada est, dès sa création, au service de l’Empire britannique maintenant appelé le "Nouvel ordre mondial".
Voyez qui sont les hommes, les institutions et les groupes secrets qui ont façonné le cours de l’histoire canadienne. Voyez aussi comment Mackenzie King est le premier politicien canadien à avoir ouvertement fait la promotion du "Nouvel ordre mondial" lors de son long règne comme premier ministre du Canada.
Une histoire condensée qui résulte d’une recherche étendue.
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 78 autres abonnés

%d bloggers like this: