Archives de Catégorie: International

Chine-Collier-de-perles-1728x800_002

La Chine se prépare à une invasion de grande envergure


Par Valentin Vasilescu, pilote d’aviation, ancien commandant adjoint des forces militaires à l’Aéroport Otopeni, diplômé en sciences militaires à l’Académie des études militaires à Bucarest 1992.

Le quotidien South China Morning Post à Hong Kong a consulté le dossier détenu par l’ancien agent de la NSA Edward Snowden qui souligne les moyens techniques d’espionnage de la NSA et les connexions qui ont été faites pour pénétrer dans les systèmes de communication de la Chine. Lire la suite

ronald_mcdonald_russia

Le McDonald’s à la place Pouchkine, symbole de la Pax Americana, ferme ses portes


Par Israel Shamir | Sur la place Pouchkine, dans le centre de Moscou, le MacDo, tout un symbole de la Pax Americana, a été fermé cette semaine. Il avait ouvert il y a 23 ans, quand l’URSS s’est effondrée, et que voyait le jour le monde unipolaire avec son unique superpuissance. Le peuple soviétique faisait la queue pendant des heures pour entrer et goûter à cette divine pâture étrangère. Ils étaient si innocents, si dépourvus d’expérience, ces Russes d’hier… Pendant 23 longues années, les US ont régi le monde seuls, tandis que McDonald servait ses burgers. Mais la Russie a bien changé depuis lors. Le Macdo n’est plus une attraction pour les Moscovites blasés. De l’autre côté de la place Pouchkine, il y a maintenant un autre restaurant à la mode, le Café Pouchkine, qui sert la meilleure haute cuisine russe. Et les joyeux Russes ont renvoyé la balle, ouvrant un autre Café Pouchkine à Paris, sur le Boulevard Saint-Germain, pour faire découvrir aux Français les joies de leur gastronomie.

Lire l’article au complet sur mondialisation.ca >>>

Bilderberg 2012 : la liste des participants publiée sur le site officiel


Garry Kasparov participe au Bilderberg 2012. Pourquoi?

Par Eric Granger | La liste des participants de l’édition 2012 de la conférence Bilderberg a été dévoilée sur le site officiel du groupe. Dans une tentative de démonstration de transparence, le groupe a divulgué une liste officielle des individus qui ont été invités à se joindre à cette conférence annuelle pour discuter des affaires du monde. Toutefois, il est peu probable qu’un compte rendu détaillé de l’évènement soit disponible à la fin de la conférence qui se termine ce dimanche 3 juin.

Lire la suite

L’affaire Bo Xilai et les Desmarais


Les journaux du monde entier commentent ces jours-ci la disgrâce du dirigeant chinois Bo Xilai avec lequel plusieurs politiciens et hommes d’affaires canadiens, dont au premier chef la famille Desmarais, entretenaient des liens étroits.

Sous le titre « La chute d’un ami du Canada », le journal La Presse, dans son édition du samedi, 14 avril, rappelle brièvement ces relations forgées depuis de longues années avec les dirigeants de Power Corporation et des politiciens comme Jean Chrétien.

Un chapitre de notre plus récent livre Le Québec et la nouvelle donne internationale était consacré à ces relations entre les Desmarais, le Canada et la Chine. Nous le reproduisons ci-dessous. Vous pouvez vous procurer le livre en cliquant ici.

 Le SCRS, la Chine et les Desmarais

Au cours du mois de juillet 2010, la presse canadienne anglaise s’est passionnée pour l’affaire Richard Fadden, du nom du directeur du SCRS, le service canadien du renseignement, qui, lors d’une entrevue à la CBC la veille de l’arrivée en sol canadien du président chinois Hu Jintao pour le Sommet du G-20, a laissé entendre que deux ministres provinciaux et des conseillers municipaux étaient sous « influence d’un pays étranger », lire la Chine. Ses propos ont créé un malaise certain au sein de la communauté chinoise et ont mis dans l’embarras le gouvernement Harper qui, après s’être d’abord montré fort tiède à l’égard de la Chine, en fait maintenant une priorité pour les relations commerciales du Canada, étant donné les difficultés causées par le principal partenaire économique du pays, les États-Unis. Richard Fadden a « nuancé » par la suite ses propos, mais on s’explique toujours mal une telle sortie, étant donné qu’il n’est pas un néophyte en matière de renseignement. Avant d’accéder au SCRS, il a occupé au Conseil privé – le ministère du Premier Ministre – des fonctions similaires. Il serait donc erroné de mettre son intervention sur le dos de la « maladresse » ou de « l’incompétence ». Une sortie similaire de l’ancien directeur de GRC, Giulano Zaccardelli, à l’époque de Jean Chrétien, est très instructive à cet égard.

[Lire l'article au complet sur lautjournal.info]

Les crimes de guerre de Charles Bouchard


Par Bernard Desgagné

Source : Vigile.net

Au rayon des crimes contre l’humanité, le Québec avait le faux héros Roméo Dallaire, marionnette de Bill Clinton chargée de laisser la voie libre à Paul Kagame et à ses conseillers militaires étasuniens, architectes du bain de sang qui commença le 1er octobre 1990 et qui se poursuit encore, 21 ans plus tard, au Rwanda et en République démocratique du Congo. Mais aujourd’hui, le Québec a son premier vrai grand criminel de guerre, le lieutenant-général Charles Bouchard, bourreau des Libyens.

Lisez l’article au complet sur vigile.net.

Le lieutenant-général Charles Bouchard, bourreau des Libyens.
Le lieutenant-général Charles Bouchard, bourreau des Libyens.

Le lynchage de Mouammar Kadhafi par Thierry Meyssan


Durant 42 ans, Mouammar el-Kadhafi a protégé son pays du colonialisme occidental. Il rejoint aujourd’hui Omar al-Mokhtar au panthéon des héros nationaux libyens.
Durant 42 ans, Mouammar el-Kadhafi a protégé son pays du colonialisme occidental. Il rejoint aujourd’hui Omar al-Mokhtar au panthéon des héros nationaux libyens.

Source : voltaire.net

La mort de Mouammar el-Kadhafi a été saluée par une explosion de joie dans les palais gouvernementaux occidentaux à défaut de l’être par le peuple libyen. Pour Thierry Meyssan, cet assassinat militairement inutile n’a pas été perpétré par l’Empire uniquement pour l’exemple, mais aussi pour déstructurer la société tribale libyenne.

Jeudi 20 octobre 2011, vers 13 h 30 GMT, le Conseil national de transition libyen a annoncé la mort de Mouammar el-Kadhafi. Bien que confus, les premiers éléments laissent à penser qu’un convoi de voitures a tenté de quitter Syrte assiégée et a été bloqué et partiellement détruit par un bombardement de l’OTAN. Des survivants se seraient mis à l’abri dans des canalisations. M. Kadhafi, blessé, aurait été fait prisonnier par la brigade Tigre de la tribu des Misrata qui l’aurait lynché.

Le corps du « Guide » de la Grande Jamahiriya arabe socialiste n’a pas été conservé dans sa ville natale de Syrte, ni transporté à Tripoli, mais acheminé comme trophée par les Misrata dans la ville éponyme.

La tribu des Misrata, qui a longtemps hésité à choisir son camp et est quasi absente du CNT, aura finalement investi Tripoli après son bombardement par l’OTAN, et aura lynché Mouammar el-Kadhafi après le bombardement de son convoi par l’OTAN. Elle aura même transféré son corps dans sa ville pour marquer son triomphe. En juillet, le « Guide » aura maudit les Misrata, leur enjoignant de partir à Istanbul et Tel-Aviv, faisant allusion au fait que leur tribu est issue de juifs turcs convertis à l’islam.

[...]

La mort du Guide aura par contre un effet traumatique durable sur la société tribale libyenne. En faisant tuer le leader, l’OTAN a détruit l’incarnation du principe d’autorité. Il faudra des années et beaucoup de violences avant qu’un nouveau leader soit reconnu par l’ensemble des tribus, ou que le système tribal soit remplacé par un autre mode d’organisation sociale. En ce sens, la mort de Mouammar el-Kadhafi ouvre une période d’irakisation ou de somalisation de la Libye.

Lire l’article au complet sur voltaire.net